Répondre aux questions sur l’Islam après s’être converti

Lorsque l’on se converti à l’Islam, notre entourage nous assaille de questions. A leurs yeux, nous voilà devenu le spécialiste des questions religieuses, toutes catégories confondues! Nous devrions maîtriser absolument chaque verset coranique, chaque hadith (y compris bien sur ceux qui ne sont pas reconnus comme authentiques) ainsi que les moindres évènements de la vie de notre prophète (que la paix soit sur lui). Ce dernier point implique d’avoir lu un grand nombre de biographies existantes sur le marché, y compris les moins sérieuses, les plus agressives et les plus ignorantes.

En effet, nous nous devons de connaitre tous les préjugés et les fausses informations circulant un peu partout, et nous devons êtres capables d’expliquer pourquoi elles sont fausses (il faut donc bien connaitre le contexte, les sources de ces informations, les éléments manquants dans le récit de nos interlocuteurs, etc.).

De la finance islamique à une maîtrise parfaite de l’astronomie, en passant par une connaissance scientifique précise de la constitution biologique du porc, nous devons assurer sur tous les tableaux! (les questions sur la polygamie sont un vrai jeu d’enfant à côté de çà…). Je ne vous le cache pas, cela requiert un travail de titan! Mais ne vous inquiétez pas, on apprend avec le temps et surtout, cela nous force à nous former et à développer nos connaissances sur certains sujets qui ne nous attiraient pas de prime abord.

Il vous arrive surement parfois de ressortir frustré d’une conversation car vous n’aviez pas les éléments de réponses adéquats, mais dites-vous bien que cela n’arrivera qu’une seule fois sur le même sujet si vous vous donnez la peine d’aller chercher l’information et de vous préparer pour une prochaine discussion. Le temps et l’expérience forgeront vos connaissances sur la religion ainsi que sur les préjugés des autres, il forgera aussi votre capacité à ne pas vous laisser démoraliser ou déstabiliser par les personnes un peu trop agressives. Soyez patients…

N’hésitez pas également, car on ne peut pas devenir spécialiste en une nuit, à faire comprendre à votre interlocuteur l’immensité des connaissances à acquérir et vos limites (par exemple, on ne peut pas inventer des connaissances scientifiques que l’on n’a pas si l’on n’a pas étudié dans ce domaine). Rappelez également ses propres limites à la personne qui est en face de vous (elle non plus n’est pas forcément une spécialiste de la question…) Et n’oubliez pas que ce n’est pas parce qu’on est en position de faiblesse dans un débat, que l’autre a forcément raison, il est peut-être tout simplement plus fort en rhétorique!

La situation d’un converti est différente de celle d’un musulman de naissance. En effet, si lors d’un repas on nous demande pourquoi on ne mange pas de viande ou qu’on ne boit pas d’alcool et si l’on explique que c’est parce que l’on est musulman, une discussion sur l’Islam va immanquablement s’ensuivre (parfois cela nous fait plaisir, parfois on s’en passerait volontiers, mais on n’y coupe pas!). Dans le cas d’une personne musulmane de naissance, c’est beaucoup moins fréquent, car il n’y a pas d’effet de surprise et surtout beaucoup moins de curiosité de la part des gens (c’est sa culture, c’est comme çà).

Ainsi donc, un repas entre collègues peut vite tourner en procès d’intention. Votre collègue homosexuel avec qui vous avez toujours eu de bonnes relations se retourne soudainement contre l’arriéré homophobe que vous êtes, votre voisine de table vous demande de manière horrifiée comment vous pouvez accepter les châtiments corporels, et bien sur il se trouve toujours un bon nombre d’athées militants plus intelligents que le reste du monde pour  vous faire comprendre à quel point eux, sont libres et savent réfléchir avec leur esprit critique, contrairement à tous ces êtres faibles et influençables qui se réfugient dans la religion. Si vous êtes au Québec, vous aurez également droit à un cours d’histoire pour que l’on vous (ré)-explique comment ici, on a enfin réussi à se débarrasser du joug de la religion et que ce n’est pas maintenant qu’on va revenir en arrière! Bref, vous voyez le tableau.

La chose à faire? Rester calme et répondre posément aux questions, et avec le sourire s’il-vous-plait! La plupart des gens comprendront votre position, pour les autres, inutile de vous acharner. Vous avez rempli votre rôle en répondant à leurs questions, s’ils s’obstinent à vous mépriser, laissez tomber. Dites-vous que peut-être, vous avez posé la première pierre de quelque chose dans leur cheminement personnel et que votre conversation resurgira dans le futur, d’une façon ou d’une autre. Parfois aussi, nous ne sommes pas la bonne personne pour expliquer certaines choses à une autre car nos façons de raisonner, nos parcours et nos centres d’intérêts sont trop éloignés.

Pour finir sur une note plus positive, je tiens aussi à rappeler qu’il y a également (heureusement!) beaucoup de personnes sincèrement curieuses avec qui nous pouvons échanger de manière respectueuse. Cela ne veut pas dire qu’elles sont d’accord avec nos positions et peu importe, l’important c’est de communiquer.

Publicités

A propos penseesdunemusulmane

Musulmane convertie à l'Islam. Je vis au Québec. Venez lire ce que j'ai à en dire!
Galerie | Cet article, publié dans Accueil, Relations avec l'entourage, Spécial convertis, Vis ma vie de musulmane, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s