La crainte de Dieu

crainteSérie d’articles sur la prière, partie 3

Nous continuons avec la série sur la prière, j’espère que vous êtes toujours là!

Il est raconté qu’Ali (qu’Allah soit satisfait de lui) se mettait à trembler lorsqu’était venu le temps de la prière. Il tremblait en pensant à la responsabilité assumée par les hommes.

Nous avions proposé aux cieux, à la terre et aux montagnes la responsabilité (de porter les charges de faire le bien et d’éviter le mal). Ils ont refusé de la porter et en ont eu peur, alors que l’homme s’en est chargé; car il est très injuste [envers lui-même] et très ignorant (Coran, sourate 33, verset 72).

Et nous, ressentons-nous cette crainte envers Dieu?

Depuis le début, nous avons progressé, d’un cœur présent à la compréhension de rajaa (voir article précédent). A présent, nous allons devoir compenser rajaa avec autre chose.

Avant de commencer, je tiens à vous rappeler que nous n’avons toujours pas déverrouillé le secret pour goûter à la douceur de la prière. Nous y viendrons…mais pas aujourd’hui.

Hayba

Hayba est une sorte de crainte que nous devrions ressentir envers Allah. Malheureusement lorsque traduits en français, des mots comme hayba, khashya, khaouf, etc. perdent toutes leurs nuances et sont simplement traduits par «crainte», alors qu’il y a des différences de sens subtiles mais importantes entre ces termes.

Ibn Al-Qayyim nous les explique :

Khaouf est le fait de fuir quelque chose dont vous avez peur et ne requiert aucune connaissance de ce qui est craint. Vous pouvez avoir peur du noir, par exemple.

Khashya, au contraire, est la crainte accompagnée de savoir. Plus un serviteur a connaissance de Son Seigneur, plus son sentiment de Khaouf devient Khaysha.

Parmi Ses serviteurs, seuls les savants craignent Allah. Allah est certes, Puissant et Pardonneur (Coran, sourate 35, verset 28)

Enfin, hayba est la crainte associée au respect, à la crainte révérencielle et à la glorification. Vous pouvez par exemple avoir peur du feu, mais la raison de votre peur est que le feu peut vous faire du mal. Le feu n’a pas de hayba, vous ne le glorifiez pas. En revanche, votre père peut avoir une certaine hayba. Vous pouvez en être effrayé si vous avez fait quelque chose de mal, mais cette crainte est due à votre respect.

D’abord rajaa (espoir), maintenant hayba?

Ne s’agit-il pas là de deux émotions contradictoires? Comment les combiner? Cela n’a rien de difficile car c’est ce que nous faisons quotidiennement avec les gens qui nous entourent. Un étudiant qui remet un mauvais devoir à son gentil professeur craindra d’avoir une mauvaise note car il sait que son travail est mauvais, mais en même temps, il aura l’espoir, rajaa, que son professeur le fera passer car il est compatissant.

Ce n’est pas si différent quand il s’agit de Dieu. Lorsque vous reconnaissez vos péchés et êtes devant Allah, vous ressentez à la fois de la crainte et espérerez la générosité du Plus Généreux. Ceci est très apparent dans le sayyid al-istighfar, l’invocation (dou’a) qu’il est recommandé de dire matin et soir, que le Prophète (que la paix soit sur Lui), a décrit comme le meilleur moyen de demander pardon :

O Allah, toi qui es mon Seigneur, qui n´as point d´associé, tu m´as créé, je suis ton adorateur, je suis soumis à tes engagements et à tes promesses autant que je le puis, je me réfugie auprès de Toi contre le mal que j´ai fait ; je reconnais les faveurs dont tu m´as comblé et je reconnais ma faute, pardonne moi car personne d´autre que toi ne pardonne les péchés (Al-Bukhari 7/150, An-Nasa’i, At-Tirmithi)

Notez que dans cette invocation, vous combinez rajaa et crainte, vous admettez vos erreurs mais vous demandez aussi à Allah de vous les pardonner.

Particularités de ce type de crainte

Tout ce dont vous avez crainte, vous le fuyez, excepté Allah. Votre crainte d’Allah vous fait fuir vers Lui.

Fuyez donc vers Allah (Coran, sourate 51, verset 50)

Le Prophète, dans ses invocations disait :

Il n’y a point de refuge ou d’asile à part auprès de Toi

Ô Allah je cherche refuge auprès de Ta satisfaction contre Ton courroux et auprès de Ton pardon contre Ton châtiment. Je cherche refuge auprès de Toi contre Toi. Je n’arrive pas à Te louer de manière parfaite, Tu es tel que Tu as Toi-même fait Ton éloge (Muslim)

Vous reconnaissez la colère de Dieu mais vous cherchez également refuge dans son pardon, et vous savez que le seul refuge face à Lui est de fuir vers Lui. Ibn Qayyim a dit au sujet de cette invocation spécifiquement que personne ne connait le degré de tawhid (unicité de Dieu), de savoir et de servitude contenu dans ces mots, sauf ceux qui possèdent une grande connaissance. Si quelqu’un voulait explorer toutes les significations de cette invocation, un livre énorme devrait être écrit, et pour entrer dans ce royaume de connaissance, vous verriez ce qu’aucun œil n’a jamais vu, aucune oreille entendu et qu’aucun humain n’a jamais imaginé.

Connaissance d’Allah et de soi-même

Cette hayba est le plus haut niveau de crainte, puisqu’elle est accompagnée d’un profond respect, d’amour et de savoir. Cette crainte augmente quand le serviteur augmente sa connaissance d’Allah et sa connaissance de lui-même. Lorsque vous augmentez votre connaissance d’Allah et reconnaissez Son pouvoir et Sa majesté, votre crainte augmente.

La nuit de son ascension, le Prophète (que la paix soit sur lui) a décrit l’Ange Gabriel comme étant effrayé.

Lorsque nous nous remémorons nos propres péchés, face au pouvoir d’Allah et à Sa majestuosité, nous augmentons en crainte. Nous réalisons nos lacunes et notre insouciance, et que la chance qui nous a été donnée est due à l’indulgence d’Allah.

La plupart des craintes sont déstabilisantes, sauf la crainte d’Allah, car Allah est Celui qui va nous guider vers le meilleur des endroits : le Paradis, Insha Allah.

Essayons donc de coupler ce sentiment de hayba avec l’émotion de rajaa dans nos prières.

Cet article fait partie d’une série écrite initialement en anglais, que je vais essayer de vous traduire petit à petit Insha Allah. Ne manquez pas le prochain article!

←Partie 2, le repentir d’Abu Nuwas (l’espoir en Dieu)

Normal
0

21

false
false
false

FR-CA
X-NONE
AR-SA

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Table Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;}

Partie 4, la beauté

Publicités

A propos penseesdunemusulmane

Musulmane convertie à l'Islam. Je vis au Québec. Venez lire ce que j'ai à en dire!
Galerie | Cet article, publié dans A propos de l'Islam, Accueil, La prière, Spiritualité et pratique religieuse, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour La crainte de Dieu

  1. Ping : La Beauté | Pensées d'une musulmane

  2. Aah cette série sur la prière est très instructive mashaAllah!
    Barakalahu fik pour les efforts que tu mets dans tes articles ma soeur =)

  3. Ping : Le repentir d’Abu Nuwas (l’espoir en Dieu) | Pensées d'une musulmane

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s